La communauté

La communauté dans laquelle grandissent les enfants a un impact considérable sur leurs expériences et sur les possibilités qui s’offrent à eux. C'est la famille qui élève l'enfant, mais ce dernier vit dans la communauté. Une communauté favorable au développement des enfants et des jeunes est une communauté qui utilise et met en valeur des ressources matérielles comme les écoles, les parcs, les bibliothèques et les installations de loisirs et dont la population adulte consacre du temps et de l’énergie aux enfants et aux jeunes qui en font partie. Test

Les communautés sont des milieux dynamiques comportant de nombreuses facettes. Elles peuvent reposer sur l'endroit où elles se trouvent (p. ex. le voisinage) ou sur des affiliations (p. ex. groupe confessionnel). Elles peuvent créer des initiatives pour appuyer le sain développement de tous les jeunes à toutes sortes d’endroits :

  • les efforts bénévoles d’un groupe confessionnel ou d’un club philanthropique;
  • l’initiative d’un moniteur de loisirs, d’un parent individuel ou d’une association du quartier;
  • un projet, un service ou un programme financé par le gouvernement, mais mis sur pied localement;
  • un programme lié aux écoles;
  • les efforts des gens d’affaires.

La diversité des groupes impliqués dans les activités et les programmes des enfants et des jeunes est à la fois une force et un défi. La force réside dans la gamme de possibilités offertes aux citoyens et aux jeunes. Le défi, c’est de s’assurer que tous les jeunes et leurs familles aient accès aux possibilités offertes et que les ressources soient utilisées pour des pratiques qui favorisent le sain développement des enfants et des jeunes.

Une communauté bienveillante travaille avec les familles et les jeunes afin de promouvoir les aspirations et les possibilités et tente de répondre aux besoins et de résoudre les problèmes. Elle perçoit les jeunes comme une ressource et leur donne la possibilité d’exprimer leurs points de vue et de mettre à profit leurs talents dans le cadre de services qui favorisent l’acquisition de compétences et la confiance personnelle. Elle célèbre les réalisations des jeunes.

Les communautés assurent un soutien aux bébés et aux jeunes enfants en aidant les parents à répondre à leurs besoins, aux différentes étapes de leur développement, et ce, au moyen d’une gamme complète d’initiatives que l’on appelle les stratégies de soutien de la famille. Les parents, à mesure que grandissent les enfants, doivent apprendre à découvrir leurs nouveaux milieux, c’est-à-dire l’école, les amis, les parents des amis et les groupes jeunesse.

Les communautés offrent également un soutien direct aux enfants et aux jeunes en leur permettant de vivre des expériences qui favorisent la maturité physique, sociale, affective et intellectuelle en participant à des activités culturelles, de loisirs et de clubs et à des programmes de mentorat individuel ou de groupe. Encore plus important, les communautés offrent aux jeunes des occasions de faire une contribution significative à la vie communautaire.

Les études ont révélé que les enfants des communautés désavantagées qui ont accès à des activités de sports, de musique, de scoutisme et autres favorisant l’acquisition d’habiletés sont moins susceptibles d’avoir un comportement antisocial. (97) Or, les enfants et les jeunes de familles à faible revenu sont moins susceptibles de participer à des activités récréatives qui coûtent de l’argent. (321)

Les communautés, en voulant offrir un meilleur soutien aux enfants, aux jeunes et à leurs familles, doivent relever un certain nombre de défis :

  • communiquer le message que le sain développement de tous les enfants et jeunes est important pour la collectivité;
  • motiver et amener les gens dans toute la communauté à assumer la responsabilité de promouvoir le sain développement de tous les enfants et jeunes;
  • trouver des moyens de créer des partenariats solides avec les familles;
  • cerner les familles qui ont besoin d’un soutien particulier et travailler avec elles afin de répondre à leurs besoins;
  • assurer la cohérence et la synergie des efforts dispersés à l’intérieur de la communauté par des moyens qui favorisent une vision commune et qui mènent à la collaboration.

La vie dans une communauté désavantagée nuit à la capacité de l’enfant de réaliser son plein potentiel de développement. L’hyperactivité et les troubles de comportement si souvent associés à l’échec scolaire et à un manque de socialisation sont deux fois plus courants chez les enfants pauvres que chez les enfants qui ne le sont pas. (201) Une étude réalisée au Québec auprès de 4 000 enfants a révélé que plus la pauvreté est grande, plus le niveau de violence est élevé, surtout chez les filles. (202) Ce phénomène découle probablement du désespoir lié au sentiment d’impuissance et de marginalisation. Dans les sociétés non animées d’un sentiment de civisme — sociétés marquées par l’absence de croyances, de valeurs communes, de normes de comportement, de méfiance profonde, d’un manque de communication et de cohésion sociale chez des sous-groupes identifiables à l’intérieur d’une population totale (Putnam, 1993) — il faut une plus grande implication des parents ainsi qu’une surveillance et une discipline plus efficaces pour arriver à inculquer un sens de sociabilité aux enfants.

Les quartiers où la densité, la criminalité et la consommation abusive de drogues sont élevées et qui manquent de cohésion et d’un sentiment de contrôle de leur destinée risquent de nuire aux efforts engagés de nombreuses familles qui tentent d’élever leurs enfants efficacement. (337) Les abus infligés par les parents, facteur qui contribue grandement à l’intériorisation et à l’extériorisation de troubles psychiatriques ainsi qu’à la délinquance chez les enfants (245), viennent souvent compliquer l’isolement si courant des populations désavantagées. Cette aliénation protège ces familles des sanctions sociales à l’endroit des comportements violents, sanctions qui pourraient avoir un effet modérateur sur les familles moins isolées. Un isolement qui dure depuis longtemps s’accompagne souvent d’un plus grand sentiment de dépression, de ressentiment et d’hostilité.Tous ces sentiments sont associés au taux plus élevé d’abus par les parents, de troubles psychiatriques, d’échec et d’abandon scolaires ainsi que de délinquance juvénile. (245) Quand la pauvreté et la marginalisation se superposent, comme c’est le cas chez certaines minorités désavantagées, on peut avoir besoin d’une force personnelle et d’un soutien familial considérables pour résister et être productif en dépit du milieu défavorable. Un bon nombre de ces facteurs ont un impact sur la vie d’enfants et de jeunes autochtones vivant dans les réserves et les vieux quartiers pauvres. Beaucoup de ces communautés sont désavantagées à plusieurs points de vue et leurs citoyens sont très marginalisés dans notre société. (271)

Les enfants, les jeunes et leurs familles vivent, travaillent et jouent dans les communautés. La vie privée et publique des familles se déploie dans la communauté. La communauté subit l’effet personnel et immédiat des politiques établies par d’autres niveaux de gouvernement. Les communautés, à chaque étape du développement des enfants et des jeunes qu’elles accueillent, font une contribution importante à leur santé et à leur bien-être.




L'importance de la première année de vie est bien documentée. C'est une période critique dans le développement et dans l'établissement de relations positives entre le bébé et les parents. La première année de vie est également une période de stress considérable durant laquelle de nombreuses familles ont besoin de soutien. Le soutien que les communautés mettent à la disposition des jeunes parents peut faire une différence pour ceux-ci. Certaines familles ont besoin de plus de soutien que d'autres et certaines sont plus prêtes à demander ce soutien.

Les communautés peuvent offrir un continuum de soutien aux nouvelles familles. Elles peuvent répondre à leurs besoins d’information sur les soins à donner et sur l’acquisition de compétences pour assurer le bon développement de l’enfant. Elles peuvent aussi être sources de soutien social et instrumental et procurer un sentiment d’appartenance et réduire ainsi l’isolement.

Les communautés peuvent offrir différents types de soutien aux nouvelles familles pour répondre à leurs besoins d'information, d'acquisition d'habiletés, de soutien social et instrumental. Elles peuvent procurer un sentiment d'appartenance et réduire ainsi l'isolement. Les communautés répondent aux besoins des familles et des bébés au moyen de différents réseaux non structurés, de soutien et de programmes et services officiels. Ces stratégies diffèrent, mais la plupart cherchent à assurer un soutien social et à améliorer les compétences parentales en prenant appui sur les forces existantes de la famille.

Le tableau ci-dessous donne une liste de facteurs qui ont une influence sur le sain développement de l’enfant durant la première année de vie.

Le titre de chaque colonne indique un résultat positif souhaitable pour l’enfant.

Sous chaque titre, on trouve les facteurs déterminants de ce résultat.

En cliquant sur un facteur souligné, une liste de stratégies que les communautés peuvent mettre en œuvre pour promouvoir un résultat escompté s'affichera.

Pour retourner au tableau, il faut fermer la nouvelle fenêtre.

Bonne santé physique

Attachement durable aux parents et autres adultes responsables

Développement de la sensibilité et du contrôle des émotions

Préparation au développement du langage et à l’apprentissage

Une grossesse saine

Une bonne alimentation

Un environnement sécuritaire

Le dépistage et le traitement rapides des problèmes de développement


Empathie et participation des parents et autres adultes responsables

Bien-être affectif des parents et autres adultes responsables

Croyances et attentes des parents

Empathie et participation des parents et autres adultes responsables

Tempérament du bébé

Stimulation adéquate

Compétences parentales positives

Environnement sécuritaire et varié



Il est important que les enfants soient prêts à entrer dans le système éducatif officiel, puisque l'expérience qu'ils ont de l'école au début peut déterminer leur réussite future en matière d'études. L’entrée à l’école est une étape importante dans la vie de tous les enfants. La préparation des enfants pour entrer à l’école détermine leur disposition à apprendre. Le succès scolaire initial est fortement lié à la disposition à l’apprentissage. Un manque de disposition à apprendre est associé aux lacunes de l’apprentissage lors des premières années. Ces lacunes font ensuite augmenter le taux d’échec aux niveaux supérieurs et on les associe de plus en plus aux comportements agressifs et destructifs. Ces comportements sont à leur tour associés à l’intensification des rapports négatifs avec les enseignants, au rejet par les pairs et à la baisse de l’estime de soi. (53)

La disposition à apprendre nécessite une bonne stimulation physique et intellectuelle, des conseils fermes et bienveillants ainsi que des occasions pour les enfants de jouer avec leurs camarades. Les parents se tournent vers la communauté pour trouver des services de garde de qualité, quand ils en ont besoin, ou pour trouver des occasions qui permettront à leurs enfants d’apprendre et de jouer avec leurs pairs s’ils ne se font pas garder chaque jour.

Les communautés fournissent de l’information sur le développement de l’enfant ; offrent aux parents des occasions d’en apprendre davantage sur l’art d’être parent et de discuter des joies et des défis que leur procurent leurs enfants, et assurent un soutien matériel sous forme de jouets, de livres et de terrains de jeux sécuritaires.

Le tableau ci-dessous donne une liste de facteurs qui ont une influence sur le sain développement de l’enfant pendant qu’il prépare son entrée à l’école.

Le titre de chaque colonne indique un résultat positif souhaitable pour l’enfant.

Sous chaque titre, on trouve les facteurs déterminants de ce résultat.

En cliquant sur un facteur souligné, une liste de stratégies que les communautés peuvent mettre en œuvre pour promouvoir un résultat escompté s'affichera.

Pour retourner au tableau, il faut fermer la nouvelle fenêtre.

Bonne santé physique

Habiletés sociales propres à l’âge

Bien-être affectif

Bonnes habiletés de langage et d’apprentissage

Nutrition, exercice et soins médicaux

Protection contre les blessures

Environnement physique sain

Ressources financières suffisantes

Relations avec les parents

Expériences avec d’autres adultes

Expériences avec d’autres enfants

Attachement durable

Développement du sentiment de compétence

Communautés favorables aux familles

Protection contre les abus



Milieu familial stimulant

Services de garde et d’éducation préscolaire de qualité

Écoles primaires bien préparées


 


La transition de l'enfance à l'adolescence est complexe et se produit sur une période de temps plus ou moins longue. Pour réussir cette transition, les jeunes doivent acquérir des connaissances et des habiletés. Mais, plus important, ils ont besoin d’un milieu favorable qui offre de l’amour, de l’encouragement et des limites clairement définies.

Une communauté bienveillante fait participer les jeunes aux activités et aux décisions qui les touchent. Ces communautés travaillent en étroite collaboration avec les écoles pour que les jeunes deviennent une partie intégrante de la communauté. Elles offrent des terrains de jeux accessibles et sécuritaires et des lieux de rencontre communautaires et encouragent le développement du civisme.

Le tableau ci-dessous donne une liste de facteurs qui ont une influence sur le sain développement de l’enfant pendant la transition à l’adolescence.

Le titre de chaque colonne indique un résultat positif souhaitable pour l’enfant.

Sous chaque résultat, on trouve les facteurs déterminants de ce résultat.

En cliquant sur un facteur souligné, une liste de stratégies que les communautés peuvent mettre en œuvre pour promouvoir un résultat escompté s'affichera.

Pour retourner au tableau, il faut fermer la nouvelle fenêtre.

 

Consolidation du sentiment d’identité

Bonnes habiletés sociales

Volonté d’apprendre et de participer à la vie de l’école

Capacité de faire des choix santé

Capacité d’adaptation

Milieu familial aimant

Soutien des personnes significatives

Cadres de vie et d’ap-prentissage favorables au développement

Médias

Milieu familial aimant

Soutien des personnes significatives

Cadres de vie et d’ap-prentissage favorables au développement

Médias

Milieu familial aimant


Soutien des personnes significatives

Cadres de vie et d’apprentissage favorables au développement

Médias

Milieu familial aimant

Modèles de comportement et soutien des pairs

Cadres de vie et d’ap-prentissage favorables au dévelop-pement

Médias

Milieu familial aimant

Soutien des personnes significatives

Cadres de vie et d’apprentissage favorables au développement



 


Les jeunes qui participent aux activités de leadership et de services communautaires ont plus de chances d’acquérir les habiletés sociales et le sens civique dont ils ont besoin à l’âge adulte pour devenir des membres libres à part entière de la communauté. Les communautés favorables à la famille offrent un milieu sécuritaire et juste et encouragent les gens à travailler avec les jeunes pour les aider à mettre en valeur leurs quartiers, à se trouver un emploi et à utiliser leur temps libre de façon utile.

Le tableau ci-dessous donne une liste de facteurs qui ont une influence sur le développement positif des jeunes à la veille de passer à l’âge adulte.

Le titre de chaque colonne indique un résultat positif souhaitable pour l’enfant

Sous chaque titre, on trouve les facteurs déterminants de ce résultat.

En cliquant sur un facteur souligné, une liste de stratégies que les communautés peuvent mettre en œuvre pour promouvoir un résultat escompté s'affichera.

Pour retourner au tableau, il faut fermer la nouvelle fenêtre.


Préparation à la vie professionnelle

Préparation aux relations amoureuses et à la vie familiale

Préparation à la vie communautaire

Préparation à la prise en charge de la santé et du bien-être personnel

Niveau de scolarité

Possibilités de travailler et d’acquérir des aptitudes liées au travail

Possibilités d’emploi accessibles

Possibilités de surmonter les désavantages menant à l’abandon précoce des études

Possibilités de développement et de consolidation du sentiment d’identité

Possibilités d’établir des relations positives

Socialisation des sexes et des rôles

Possibilités de surmonter les circonstances qui créent des difficultés dans les relations


Possibilités de faire une contribution valable

Possibilités d’acquérir des aptitudes à la vie quotidienne, d’apprendre à respecter les autres et de devenir un bon citoyen

 


Capacité d’autonomie

Influence et soutien social des personnes significatives

Milieux d’apprentissage, de vie et de travail positifs

Médias