Les bébés et leurs parents doivent apprendre à se connaître. Lorsque les parents répondent avec affection aux besoins de leur bébé, ils établissent avec lui une relation d’empathie et de confiance en lui donnant l’assurance qu’ils le protégeront et s’occuperont de lui. C’est ce qu’on appelle l’attachement durable. Les relations d’attachement sont propres aux personnes qui en font l’objet - les bébés peuvent s’attacher à plus d’une personne à la fois, et chaque relation évolue indépendamment. (69) L’expérience de l’attachement durable est, pour le bébé, une base solide sur laquelle se fonderont son bien-être affectif et social et son développement cognitif. (69, 70) Test

L’attachement est « une relation réciproque d’affection réelle entre deux personnes » (traduction libre). (64)

Les parents sont influencés par de nombreux facteurs durant la période où ils établissent cette relation avec leur enfant :

  • la mesure dans laquelle ils souhaitent ou ne souhaitent pas reproduire l’expérience qu’ils ont eux-même vécue lorsqu’ils étaient enfants;

  • leur personnalité propre;

  • leur perception consciente ou inconsciente de la façon dont leurs parents les ont élevés;

  • leurs conditions de vie actuelles, en particulier les relations amoureuses qui peuvent accroître ou miner leur estime de soi et leurs compétences (197), et leur niveau de stress (p. ex. les tensions au travail et dans la vie familiale).


Les bébés jouent aussi un rôle actif dans ces relations. Chaque enfant naît avec des caractéristiques physiques qui lui sont propres et réagit différemment aux stimuli de son environnement. Ces caractéristiques uniques influencent la façon dont les parents perçoivent leur bébé et, par conséquent, peuvent avoir un effet sur d’autres aspects de leur relation avec lui. Cependant, les études démontrent invariablement que l’influence exercée par la mère sur la relation est beaucoup plus grande que celle du bébé. (197)

Facteurs déterminants pour l’obtention de résultats positifs : attachement durable aux parents et autres adultes responsables

 
Empathie et participation des parents et autres adultes responsables
 
Bien-être affectif des parents et autres adultes responsables
 
Croyances et attentes des parents

Nota : Ces facteurs déterminants sont également indiqués dans le menu déroulant présenté ci-dessus. Utilisez ce menu pour naviguer sur cette page.



Empathie et participation des parents et autres adultes responsables

Le contact étroit entre les parents et leur bébé et l’attention qu’ils se témoignent contribuent à établir des modes d’interaction positifs entre eux. Au cours des premiers mois, les parents attentifs apprennent à reconnaître les signaux non verbaux de leur enfant et à y répondre. Lorsqu’un bébé ne se sent pas bien, qu’il a faim ou qu’il est inquiet, il pleure, émet certains sons ou fait certains mouvements corporels. Les parents observent la réaction du bébé aux soins qu’ils lui donnent et apprennent à connaître son langage corporel. Les parents qui sont très présents auprès de leur enfant sont d’autant plus sensibles à ses besoins et viennent à comprendre les indices qu’il leur donne. Ils savent exactement ce que signifient les signaux non verbaux du bébé, ce qui le réconforte et ce qui l’amuse.

Durant les premiers mois, la relation entre les parents et le bébé est principalement centrée sur les fonctions corporelles de celui-ci, c’est-à-dire l’alimentation et le sommeil. Vers l’âge de deux mois, le bébé devient plus réceptif et réagit de plus en plus aux sourires et à d’autres formes d’interaction. (224) En vieillissant, il veut jouer, explorer son environnement et découvrir par le toucher les objets qu’il y trouve. Les parents attentifs observent leur enfant et remarquent les activités et les jouets qui l’intéressent. Les enfants reçoivent de leurs parents la stimulation, l’encouragement et le soutien nécessaires pendant qu’ils explorent le monde qui les entoure et apprennent à faire de nouvelles activités.

Entre sept et neuf mois, le bébé semble s’identifier davantage à certains des adultes qu’il côtoie. Il s’attache à quelques personnes qui s’occupent de lui et devient plus méfiant envers les étrangers. (224) Les adultes auxquels il est attaché et qui lui témoignent de l’affection et du soutien sont pour lui une source de réconfort et de sécurité, et ces relations forment la grille de référence à partir de laquelle il évalue ses nouvelles expériences. À mesure que sa mobilité croissante lui permet d’explorer son monde, l’enfant semble tirer sa confiance de l’amour et de la protection qu’il reçoit dans le cadre de ces relations d’attachement. (45)

  • Les membres de la famille peuvent se préparer aux changements qu’entraîne la venue d’un bébé en discutant entre eux de ces changements, des sentiments qu’ils éprouvent à cet égard et du soutien mutuel qu’ils peuvent se donner pour s’y adapter. « When Couples Become Parents » (Cowan et Cowan, Basic Books, 1992) est un excellent livre qui traite de ce sujet.

  • Le contact physique étroit que procure l’allaitement aide les mères à établir cette relation d’attachement avec leur enfant et à mieux le connaître.

  • Les parents sont mieux disposés à s’occuper de leur bébé s’ils sont détendus. Les membres de la famille peuvent formuler des stratégies pour s’aider mutuellement et prendre le temps qu’il faut pour apprendre à connaître l’enfant.

  • Les membres de la famille peuvent discuter ensemble du rôle du père et de ce qu’il peut faire pour s’impliquer.

  • Il a été démontré que le soutien affectif donné à la mère et la participation du père à la vie du bébé ont une influence positive sur la façon dont la mère s’occupe de son enfant. (45)

Les initiatives communautaires qui aident les parents à comprendre les besoins de leur enfant et à se sentir à l’aise et confiants dans leur rôle parental contribuent à établir des liens familiaux empreints de chaleur et de sensibilité. Bien que certains parents recherchent activement de l’information et des moyens d’en apprendre plus sur les soins à donner aux nourrissons, ce n’est pas pratique courante, dans notre société, de chercher ce genre d’aide ailleurs que dans la famille immédiate ou auprès des amis. C’est pourquoi il est important d’aller au devant des nouveaux parents.

Il existe des centres de ressources familiales dans de nombreuses communautés. Ces centres n’offrent pas tous la même gamme de services de soutien, mais ils sont généralement dotés d’employés ouverts et accueillants qui peuvent répondre aux questions que les nouveaux parents se posent et qui ont eux-mêmes des comportements parentaux exemplaires. Leur but est d’établir une relation de respect et de confiance avec les parents en partant de leurs points forts. Les services offerts par ces centres de ressources peuvent comprendre une halte-accueil, des activités programmées qui permettent aux parents de se rencontrer et des programmes structurés pour les bébés et leurs parents. Ils fournissent du soutien, de l’information et des services accessibles dans un cadre non menaçant. (237)

Les programmes de visites à domicile ont pour but d’offrir du soutien aux parents et de développer leur confiance et leur compétence. Diverses études ont démontré que les programmes bien conçus de visites à domicile peuvent accroître le bien-être physique, affectif et social des familles. (41) Ces services sont surtout dispensés aux familles qui ont un grand besoin de soutien, par exemples les jeunes mères seules, les familles pauvres et celles qui ne peuvent pas avoir recours régulièrement à d’autres services communautaires. Les conseillères visiteuses doivent être bien formées et disposer d’un bon soutien. La réussite de leur intervention auprès des familles dépend de leur capacité d’établir une bonne relation de confiance. (22, 41, 87, 148)

Les programmes de stimulation de l’enfant donnent aux parents et aux autres personnes qui s’occupent d’enfants l’occasion de se rencontrer avec leurs bébés et d’apprendre de nouvelles techniques avec une monitrice formée à cette fin.

Les pères ont peu d’occasion de discuter de leur rôle parental et de se renseigner sur le développement de l’enfant et les soins à donner aux bébés. « Dads Canada » est un exemple de programme visant à combler ce besoin.


Bien-être affectif des parents et autres adultes responsables

On a réalisé de nombreuses études sur le lien entre l’état affectif de la mère et l’aptitude de celle-ci à s’attacher à son enfant, mais ce lien n’est pas encore bien compris.

Les parents qui sont équilibrés sur le plan affectif sont plus susceptibles de pouvoir répondre affectueusement aux besoins de leur bébé et de nouer avec lui des liens positifs, aimants et solides. Les parents qui ont de graves problèmes émotionnels ont plus de difficulté à se montrer sensibles aux besoins de leur enfant. L’effet de ces problèmes sur le développement de l’enfant dépend de leur degré de gravité et de leur durée. (124, 190) Le fait, pour un parent ayant des troubles affectifs, d’être engagé dans une relation de couple stable avec une personne compréhensive peut contribuer à atténuer les répercussions de ces problèmes sur la santé du bébé. (328)

On a constaté à de maintes reprises que la dépression chez la mère pouvait nuire au développement positif de l’enfant, bien que les mères déprimées ne soient pas toutes incapables de nouer des liens d’attachement durables avec leur bébé. D’après des études récentes, la dépression peut causer l’absence de nombreux facteurs essentiels à la formation de l’attachement durable. (224, 114)



Les bébés peuvent former des liens d’attachement distincts avec plusieurs adultes. Dans les situations où la mère ou l’adulte responsable n’est pas en mesure de fournir au bébé l’attention et l’affection constantes dont il a besoin pour se sentir aimé et protégé, d’autres membres de la famille peuvent lui donner les soins aimants nécessaires à son sain développement. (224)

  • Mettre en place un système de dépistage des mères qui ont des problèmes d’attachement. C’est la première étape pour pouvoir fournir, au besoin, du soutien ou une aide professionnelle supplémentaire.

  • Les visites à domicile permettent de prendre contact avec les mères qui sont isolées. Les personnes qui assurent ce service reçoivent une formation appropriée afin de pouvoir observer les difficultés qu’ont ces mères à s’occuper de leur bébé. Elles peuvent leur fournir une aide immédiate, les aider à apprendre comment être plus réceptives aux besoins de leur enfant ou les orienter vers d’autres services communautaires qui peuvent leur être utiles. (96)

Croyances et attentes des parents

Les parents ont des attentes face à leurs enfants, et ce, même avant leur naissance. L’ensemble de ces attentes forme ce qu’on pourrait décrire comme leur « modèle fonctionnel de l’enfant ». Ce modèle influence la façon dont les parents perçoivent, interprètent et vivent leur relation avec leur bébé. Chez la plupart des parents, cette vision est adaptable ; à mesure qu’ils découvrent leur enfant, ils rajustent leurs attentes pour les faire correspondre à la réalité. (223, 14)

Chez d’autres parents, les attentes qu’ils conçoivent durant la grossesse ne changent pas. Elles semblent donner un ton particulier à la relation parents-enfant et, en fait, permettent de prédire la nature des liens d’attachement avec l’enfant plus d’un an après. (223, 14)

  • Les mères et les pères doivent discuter ensemble de leurs sentiments et de leurs attentes à l’égard de leur bébé.

  • Donner aux parents des possibilités de prendre conscience de leurs sentiments et de leurs attentes à l’égard de leur bébé et d’examiner les aspects de leur façon de penser ou de leur expérience qui risquent d’inhiber la création de liens d’attachement durable avec leur enfant.
Connaissez-vous des mesures législatives, des initiatives ou des programmes novateurs qui favorisent ce résultat positif? Faites-nous-en part!

Nous sommes toujours à l’affût de stratégies couronnées de succès (ou prometteuses) qui illustrent diverses réalisations dans ce domaine. Une fois que vous aurez lu cette section, cliquez sur l’icône ci-dessous et communiquez-nous vos idées.




Haut ·  Imprimé  ·  Plan du Site  ·  Accueil