Une entrée réussie à l’école dépend de l’apprentissage social et cognitif durant les années préscolaires. Les premières expériences de la réussite, en classe ou dans la cour de l’école, forment le canevas des réussites futures de l’enfant, dans ses études comme dans sa vie sociale. Les enfants qui sont acceptés par leurs camarades de classe en première année continuent de se faire des amis. Ceux qui arrivent à relever leurs premiers défis scolaires ont davantage confiance en leurs capacités et se sentent prêts à acquérir de nouvelles connaissances. Test

 

L’entrée à l’école est un moment important dans la vie d’un enfant. Les aptitudes intellectuelles, sociales et affectives que les enfants acquièrent durant les années préscolaires, ainsi qu’une bonne santé physique, facilitent leur adaptation à ce nouveau milieu.

Les enfants qui réussissent bien en première année sont capables de se concentrer et ont les habiletés sociales nécessaires pour travailler en groupe et pour résoudre des problèmes. Ils se voient comme des apprenants. (Commission royale d’enquête sur l’apprentissage en Ontario).

Le fait, pour un enfant, de s’adapter rapidement au milieu scolaire favorise sa réussite future à l’école à plusieurs niveaux :

  • les réussites scolaires que l’enfant connaîtra plus tard dépendent des habiletés acquises durant les premières années;
  • le fait d’être accepté au départ par les autres enfants forme la base des relations positives que l’enfant nouera avec ses pairs;
  • l’expérience de la réussite contribue à renforcer l’estime de soi. (100), (53)

La période préscolaire est marquée par un développement très rapide sur les plans physique, intellectuel, affectif et social :

  • le développement physique : par exemple, la capacité de manipuler un crayon et des ciseaux, se développe vers l’âge de quatre ans;
  • le développement de la structure et du fonctionnement du cerveau se manifeste par des périodes de sensibilité accrue à certains types d’apprentissage;
  • l’expérience : par exemple, les enfants commencent à compter à l’aide d’objets réels et passent par plusieurs étapes avant de compter en silence et d’associer un chiffre, mentalement, au nombre d’objets qu’ils voient;
  • les habiletés cognitives : par exemple, les enfants peuvent trier des objets d’après leur couleur ou leur forme à l’âge de quatre ans, mais pas d’après ces deux caractéristiques avant l’âge de six ans; (52)
  • la coordination des yeux et des mains;
  • l’habileté de centrer son attention.


Bien que ces stades du développement soient génétiquement programmés, le développement physique et mental de l’enfant dépend, à chaque stade, de la qualité des expériences vécues, que ce soit à la maison, à la garderie ou à la prématernelle et à d’autres endroits dans la communauté où il peut jouer avec d’autres enfants. La qualité de ces milieux ainsi que les habiletés, la sensibilité et les ressources des adultes qui s’occupent de l’enfant sont les principaux facteurs qui favorisent la capacité de l’enfant à apprendre durant cette période.

La « préparation » s’applique à l’école aussi bien qu’à l’enfant. Les écoles peuvent faciliter l’adaptation des enfants à leur nouveau milieu si elles sont bien préparées à faire preuve de souplesse envers des enfants qui manifestent diverses habiletés sociales et intellectuelles et qui ont connu des expériences différentes avant leur entrée à l’école. Les écoles peuvent aussi aider leurs nouveaux élèves en donnant aux parents des possibilités de participer à l’éducation de leurs enfants. En abordant de façon constructive cette diversité chez les élèves, les écoles contribuent à empêcher que ceux-ci reçoivent des étiquettes négatives qui peuvent compromettre leurs réussites futures. (35, 100)

Favoriser le sain développement des enfants d’âge préscolaire signifie :

  • s’assurer que les parents témoignent de l’affection et de l’empathie à leurs enfants;
  • s’assurer que tous les enfants reçoivent du soutien et de la stimulation durant les années préscolaires, y compris des occasions de jouer avec d’autres enfants;
  • trouver des moyens pour que les parents qui travaillent aient suffisamment de temps pour répondre aux besoins développementaux de leurs enfants;
  • aider les parents à assumer leur rôle parental en facilitant l’accès à l’information et en leur donnant des occasions d’apprendre, de trouver des solutions et de développer leurs compétences;
  • s’assurer que les familles ont les ressources financières nécessaires pour se nourrir, se loger et subvenir à leurs autres besoins de base;
  • s’assurer que les enfants évoluent dans un environnement physique sain.

 

Résultats positifs de cette transition

Bonne santé physique

Habiletés sociales propres à l’âge

Bien-être affectif

Bonnes habiletés de langage et d’apprentissage